Richesse et splendeur du patrimoine de Bretagne

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les joyaux de la région : les mégalithes

Par Anthony Romagné

La Bretagne est à ce jour la région qui concentre le plus de mégalithes au monde. Menhirs, dolmens et tumulus parsèment la région d’un patrimoine insolite.

L’apparition des mégalithes

Les mégalithes furent érigés en même temps que les populations se sédentarisèrent. Les mentalités évoluèrent et les cultes firent leurs apparitions. Ils étaient essentiellement axés sur l’astronomie, la mort et les récoltes. C’est donc dans ce contexte d’évolution de l’humanité que les croyances amenèrent les grands ensembles mégalithiques dans le but de rendre hommage aux éléments de la nature. Ce peuple de grands bâtisseurs fut nommé «civilisation des mégalithes». La période débute à l’aube du IVe millénaire avant J.C et dura plus de 3000 ans. Des pierres aux significations très fortes ont été élevées un peu partout en Bretagne. Cet héritage de monuments colossaux démontre d’une foi déjà importante de ces hommes, bien que l’on explique encore difficilement leur volonté.

Un patrimoine riche et diverse

Les alignements du Moulin de Saint Just ou de Carnac sont des exemples de files orientées suivant les levers et couchers du soleil et de la lune. Le principe de pierre levée s’imposa comme lieu de culte et comme repères astronomiques formant ainsi les premiers sanctuaires de l’Histoire. Le culte des morts avait aussi une grande place dans l’expression des croyances de l’époque. Le Mané-en-Hroêk à Locmariaquer est un exemple de tumulus qui servait à recouvrir ces tombeaux. Ces monuments furent sans cesse modernisés. Les premiers dolmens étaient formés d’un simple couloir qui menait à une chambre funéraire. Dès 3000 avant notre ère, ils sont souvent agrémentés de cabinets latéraux. L’innovation architecturale la plus remarquable de l’époque fut l’allée couverte. Le flot continu d’invasion venu d’Europe du Nord a maintenu une vitalité très forte du mégalithisme. La Roche aux fées, à l’est de l’Ile et Vilaine, ou la somptueuse allée couverte de Tréal sont de véritables chefs d’œuvres.

La période chrétienne : une nouvelle existence pour les mégalithes

Vacances en Bretagne Sud
Location appartements résidence à Rochefort en Terre (Morbihan).
www.mvacances.com
Chambres d’hôtes château
Proche Mont Saint Michel Prix modérés en Basse Saison
www.chateaudebouceel.com

Ni la civilisation des mégalithes, ni la civilisation celtique qui ont battis ces monuments ne maîtrisaient l’écriture. La conquête de la Bretagne par l’Empire romain marqua une rupture de cette monumentalisation. Cependant, même si on n’expliquait plus la présence de ces mégalithes, les légendes païennes, puis chrétiennes offrirent une nouvelle existence aux mégalithes. Au nord de la forêt de Paimpont se trouve le tombeau de Merlin. La légende raconte que Merlin y aurait été enfermé par sa bien-aimée, la fée Viviane à qui il aurait enseigné l’art d’emprisonner à tout jamais. Les pierres du jardin aux moines, en Brocéliande, seraient les vestiges de moines locaux qui se seraient détournés de la morale et qui aurait subi une punition divine.

Les raisons de l’oubli

Puis, aux alentours de l’an 1000, les symboles païens furent proscrits. Un grand nombre de mégalithes ont été détruites ou enfouies sous terre. Celles-ci furent oubliées pendant 1000 ans. Il est très facile de les reconnaître, les parties de ces menhirs qui étaient face contre sol ont aujourd’hui une teinte rougeâtre du au schiste rouge contenu dans les terres de Bretagne. Ce n’est que lors de la seconde partie du XXe siècle que l’archéologie permit de recenser ces joyaux de l’architecture. Le travail de revalorisation a semblé indispensable pour tous les passionnés et spécialistes de la région, pour que nous, humble voyageur, puissions contempler ces merveilles du passé.

Vidéo en liaison avec cet article : Détour sur les sentiers de Bretagne

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »